Un supercalculateur Linux vise Mars

26/09/2017
logo Nasa

Embarqué dans la station spatiale internationale, un supercalculateur Linux d’une puissance d’un TéraFlop est mis en test pour un an dans le cadre de la préparation de futures missions sur Mars.

Cette expérimentation s’inscrit dans un projet d’expérimentation plus large d’évaluation du fonctionnement des ordinateurs à haute performance dans l’espace. Mené conjointement par Hewlett Packard Enterprise et la NASA. Le temps alloué, d’un an, correspond à la durée envisagée pour un voyage vers Mars. La semaine dernière, un mois après le transport de l'ordinateur sur l'ISS, les astronautes ont allumé le serveur.

Le problème de la transmission des données

Les besoins en calcul du domaine de la recherche spatial sont importants et le plus souvent effectués sur Terre, devant la limitation des capacités embarquées. La transmission des données sur une longue distance, notamment vers Mars entraîne des temps de latence trop importants de 20 minutes aller.

L'équipement est nommé "Spaceborne Computer" par HP, est en fait un serveur Apollo 40 doté d'une interconnexion HPC haut débit et exploité par Linux. L’entreprise annonçait le projet ainsi : "Une mission vers Mars nécessitera des ressources informatiques de bord sophistiquées capables de fournir des périodes de disponibilité prolongées. Pour répondre à ces exigences, et mieux assurer le succès de la mission, nous devons améliorer la viabilité de la technologie dans l'espace".

Des développements spécifiques

Pour répondre aux besoins d’une mission vers Mars, HPE a mis au point des logiciels supplémentaires adaptés aux contraintes environnementales et aux exigences de fiabilité du calcul haute performance dans l'espace. Notamment, il lui est adjoint un logiciel permettant de réduire les erreurs induites par l'environnement composé de radiations, d'éruptions solaires, aux particules subatomiques, micrométéorites et l'instabilité de l'alimentation électrique.

Une phase de tests comparatifs

Pour tester la vitesse du système par rapport à son équivalent terrestre, les équipes du projet ont mené plusieurs tests comparatifs standardisés. Résultat : Spaceborne réalise plus d'un trillion de calculs par seconde, c'est-à-dire un téraflops. Les résultats des tests font de Spaceborne le premier système informatique commercial haute performance à exécuter un téraflops sur l'ISS. L’expérimentation sera poursuivie dans les mois à venir avec d’autres matériels embarqués dans la station spatiale internationale.

Source : news.hpe.com

comments powered by Disqus
top