Quantum : la guerre des navigateurs est relancée !

02/10/2017
illustration firefox Quantum

Vous pensiez l’hégémonie du navigateur chrome inéluctable. C’était sans compter sur quantum, une nouvelle version du navigateur Firefox, fondé sur un moteur entièrement revu.

La Fondation Mozilla vient de dévoiler la première version Beta du nouveau navigateur open source Firefox estampillé 57. Seulement, devant le travail effectué et pour marquer sa singularité, il est dénommé Qantum.

Une année de développement

Initié il y a un an dans le but de créer un moteur de nouvelle génération au sein du projet de recherche Servo, Quatum se donne pour objectif de rendre Firefox extrêmement rapide. Mozilla a aussi dévoilé de nouvelles options pour Qantum comme WebAssembly et WebVR. Elles permettent d’atteindre une performance rapide et presque native pour les web apps sur ordinateur de bureau ainsi que les casques de réalité virtuelle. Mozilla ajoute dans son annonce que d’autres projets sont encore à prévoir autour de Firefox Quantum.

Rust pour profiter des architectures multicoeurs

La grande nouveauté de Qantum est sa capacité à tirer partie des CPU multicoeurs qui équipent aujourd’hui autant nos ordinateurs que nos smartphones. Pour implémenter une si grande optimisation de l’utilisation du support matériel, Rust est à la manœuvre. Notamment le langage sécurisé et multi paradigme promu par Mozilla a concouru au développement d’un nouveau moteur CSS. Ce dernier fonctionne rapidement et en parallèle sur plusieurs coeurs CPU, au lieu de fonctionner sur une séquence plus lente sur un seul coeur. Aucun autre navigateur n’utilise actuellement une telle stratégie. Une autre optimisation proposée par Qantum permettant à l’onglet actif de télécharger et fonctionner avant même que les autres onglets ouverts en arrière-plan ne puissent officier.

Des performances pour contrer Chrome

Non seulement la vitesse de chargement de la page de "Firefox Quantum est  perceptiblement plus rapide, même deux fois plus rapide que le Firefox de l'année dernière, elle permet aussi de libérer près de 30% de mémoire utilisée jusque là, juge Nguyen. Il n’en fallait pas moins à Mozilla pour jeter une pierre dans le jardin du navigateur Chrome de Google.

Mozilla en profite pour rappeler que les 55 % des connexions accaparées par Chrome tendent à fermer l’internet. Pour Mozilla, l’hétérogénéité du Web fait avancer ses capacités du Web et favorise l'émergence de nouvelles fonctionnalités de sécurité et de confidentialité. Elle rappelle au passage que la domination de Chrome nuit à l'indépendance du Web avec des sites qui ne fonctionnent pas sur d'autres navigateurs, comme Google Allo, Google Play Music et les fonctionnalités hors ligne de Google Docs.

Les extensions attendront

Victime d’une quasi-indigestion avec 4500 extensions compatibles actuellement, Firefox entreprend ici une véritable révolution copernicienne : Qantum ne pourra pas utiliser les anciennes extensions. Mozilla a adopté l'approche de Google pour les extensions, ce qui ne manque pas d’ironie. Les auteurs de modules complémentaires doivent donc remanier leurs extensions. Pour les add-ons très populaires ne fonctionnant pas dans la nouvelle version, Firefox recommandera des alternatives.

Une véritable course est donc engagée pour le développeurs d’extensions qui devront de tenir prêt pour le 14 novembre, date à laquelle les utilisateurs de Firefox verront la mise à jour vers Firefox Quantum se faire automatiquement.

Source : www.mozilla.org

comments powered by Disqus
top