Google Chrome pour iOS est maintenant open source

14/02/2017
logo Chrome

Pour la première fois, les développeurs un accès libre au code du navigateur de Google pour iOS. Bien que la firme de Mountain View ait construit son navigateur sur les codes source du projet open source Chromium, le répertoire contenant le code source de la version iOS n’était pas disponible à ce jour.

Une des raisons pour lesquelles Google ne publiait pas les codes sources de Chrome pour iOS était la nécessité d’utiliser deux moteurs de rendus : son propre moteur Blink et le moteur WebKit d’Apple. Alors que WebKit est open source depuis 2005, la firme Google devait faire face à une complexité supplémentaire pour conserver le support des deux moteurs dans son code pour iOS. Par comparaison, Chrome pour Android a été rendu quasiment open source depuis 2015. Auparavant le projet open source Chromimum était principalement dévolu au navigateur pour ordinateur de bureau.

Des années de développement

« Historiquement, le code source de Chrome pour iOS a été tenu séparé du reste du projet Chromium en raison des de la complexité additionnelle requise par la plateforme », a déclaré Rohit Rao sur le blog Chromium. « Après des années de factorisation attentive, tout ce code peut rejoindre Chromium et être déplacé dans le répertoire open source », a-t-il ajouté. En rendant open source le code de Chrome pour iOS, Google rend pour tous les développeurs la compilation du projet aussi facile que les autres versions de Chrome. Cela devrait aussi accélérer le développement de nouvelles applications construites sur le code de Chrome pour iOS.

Des améliorations pour le rendu graphique

L’annonce de cette mise à disposition des codes sources s’est accompagnée de l’annonce de modifications du pipeline du rendu graphique depuis les derniers mois. Ces dernières ont pour but d’aider le chargement des images des sites web. L’affichage est plus rapide, plus fluide et consomme moins d’énergie. Ce gain de performance est issu de choix optimaux pour les algorithmes de rendu, d’une meilleure adéquation avec le matériel et de la suppression de tâches redondantes.

Les améliorations ne sont pas seulement issues d’un gain de célérité, mais aussi d’une plus grande intelligence de traitement. Auparavant, sur une page web avec de fréquents changements du DOM, chrome aurait redessiné toute l’image si seulement quelques pixels avaient changé. Dorénavant, le précédent écran sera affiché et seulement les pixels modifiés seront recalculés. Le gain peut alors atteindre 40 % de la charge d’affichage. Cependant l’objectif du projet Chrome, visant à proposer une qualité optimale d’affichage avec une fréquence de 60 fps demandera encore du travail dont le pipeline sera certainement le centre.

comments powered by Disqus
top