Barcelone choisit Linux et l’open source aux dépens de Microsoft

14/01/2018

Dans le cadre de la campagne « Public Money, Public Code » la capitale catalane devient la première ville adhérente. Elle éjecte ainsi les logiciels propriétaires Outlook, Exchange Server, Internet Explorer et Microsoft Office au profit d’Open-Xchange, Firefox et LibreOffice.

Dans un récent article d’El País, on apprend que la ville de Barcelone est d’ores et déjà entrée dans le processus de migration de ses systèmes informatiques en direction de solutions Open Source. La première phase de cette migration consiste à remplacer les applications utilisateurs par des applications alternatives open source. Évidemment, les clients de messagerie Outlook et Exchange Server seront remplacés par Open-Xchange. Firefox et LibreOffice remplaceront Internet Explorer et Microsoft Office.

Les autorités locales seraient donc amenées à se passer de Microsoft Windows pour adopter une distribution Linux en 2019. La distribution Linux choisie n’est pas encore annoncée, mais les rumeurs penchent vers Ubuntu. En effet, la ville possédait déjà un parc de 1.000 postes de travail basés sur ce système d’exploitation issus d’un précédent projet pilote.

Barcelone consent dans cette transition un véritable investissement, avec prés de 70 % de son budget logiciel lié aux solutions libres. D’ici la fin du programme, prévu au printemps 2019, la ville de Barcelone sous-traitera des projets informatiques à de petites et moyennes entreprises locales et 65 nouvelles embauches de développeurs seront effectuées par la municipalité.

Au-delà des outils, une modification des pratiques

La transition technique est un volet important du projet, mais il ne se limite pas à un simple switch. Barcelone étudie différents projets de services numériques pouvant améliorer le quotidien des citoyens ou favoriser l’emploi local. Ainsi, l’un des projets majeurs envisagés est le développement d’un marché numérique. Une plate-forme en ligne permettra notamment aux petites entreprises de participer aux appels d’offres publics de la ville.

Avec cette initiative, Barcelone devient la première commune à rejoindre la campagne européenne « Public Money, Public Code », créée par la Free Software Foundation of Europe. Cette campagne fait suite à une lettre ouverte qui préconise que les logiciels financés publiquement soient gratuits.

comments powered by Disqus
top